Pour voir les images de la tournée de Beau travail au Maroc; Ici pour les images de Marrakech. Ici pour les images de Casablanca

Pendant 3 heures, l’équipe d’opérateurs de Beau travail va tester le terrain, prélèvent ce qui est à là fois intangible et essentiel pour ensuite inventer un parcours qui instillera de l’imprévu, du suspens, de l’hilarité…Ils vont attacher le lieu, le soulever, le mettre en équilibre, le propulser, s’y propulser, le contempler, tranquillement ou intensément, c’est selon…

Avec Beau travail, notre proposition est de nous fondre dans un territoire (une rue, un bout de quartier), choisi et décrypté, et de le retourner/détourner, par nos actes ludiques, notre temps de présence long, étiré et chaotique, nos constructions plastiques et sonores. Nous faisons surgir une manière différente, étrange et jubilatoire de percevoir et de pratiquer ce lieu. Nous créons un parcours, des invitations pour les passants, les usagers, les habitants à ressentir autrement ce bout de ville, en tissant des relations avec ce que nous offre cette parcelle urbaine.

Lier, nommer, soulever, saluer, projeter, lancer, mettre en équilibre, agiter, animer, marcher, re-saluer, s’impliquer, protéger, sonner, tirer,.. Autant de traits physiques et métaphysiques qui sont les bases des expérimentations réalisées par notre équipe protéiforme : un comédien burlesque, un danseur, un plasticien, un faiseur de son. Ils testent le terrain, prélèvent ce qui est à là fois intangible et essentiel pour ensuite produire un parcours qui instillera de l’imprévu, du suspens, de l’hilarité…

Mettre un peu d’incongruité dans vos pas, dans vos yeux et vos oreilles tel est le défi de notre équipe de professionnels soucieux de faire du beau travail.

 

 

 

ICI Photos de Beau travail à Rennes par Lisenn Morvan

OU Photos de Beau Travail à Chalon dans la rue par Loïc Nys/Sileks

LÀ Photos de Beau travail en Danemark et Suède

Cliquez ici pour avoir un aperçu filmé de:  la construction d’un abri provisoirel’aire du soulèvement, 

le précipité du parcours

PRESSE :

« ….. Tout un attirail destiné à ces bâtisseurs d’impossible. Leur travail, pour incertain qu’il paraisse, entraîne le public dans une

fiction délirante . L’impossible fini alors par se conjuguer avec le probable, au point qu’on finit par y croire. » (Thierry Martin pour Le Midi Libre 3/07/11)
« Certains utilisaient la parole comme un stimulus, un mélange d’éructations et d’onomatopées. Comme la compagnie 1 Watt qui, avec sa saga en 5 épisodes, Beau Travail a pris Alès d’assaut à l’aide de quelques planches, de messages de signalisations et de beaucoup d’énergie. Entre le chantier organisé et l’anarchie la plus totale, la frontière est mince. Les cinq artistes (Clowns ? Comédiens ? Danseurs ? Acrobates ?) se croisent et s’interpellent, construisent et détruisent, tentent de déplacer le mobilier urbain, de soulever les immeubles, et transportent leur public dans tous les sens du terme… La rue n’est pas seulement leur décor, c’est un espace qu’ils s’approprient et, d’une certaine façon, nous restituent. »(Jan Jouvert – La Marseillaise – Lundi 4/7/11)

« Ils nous donnent à voir, à vivre et à ressentir la rue en abolissant nos modes de fonctionnement, en nous donnant d’autres clés, celles de la poésie burlesque, du regard décalé. La rue devient une aire de jeu à danser et à sourire. »  Zoom la Rue

Consultez içi la presse de l’été 2012: Beau travail à Rennes.