Une fois par semaine, il sort de chez lui et de ses gonds.
Quelque part. Sur une place.
Il marche, bouge, flotte, crie, ose enfin quelque chose.
Il se lâche, se dégraisse en quelque sorte.
Fuyant sa quiétude organisée, affrontant son inquiétude permanente.
Il se sent inspiré.

Voici quelques images du festival Les tombées de la nuit, juillet 2015
Cliquez ici pour voir des photos de Parfait état de marche à Quebec juillet 2014